Logo Rita-Zia Black

Une féminité assurée

Ses visages sont multiples mais sa personnalité est unique : la femme Rita & Zia.

Un esprit indépendant, une nature spontanée, une âme ouverte sur le monde. Ce qui dicte son élégance? Elle-même. Ses goûts, ses humeurs. Les bijoux sont ses alliés les plus intimes. Qu’ils ornent son cou ou enlacent ses doigts, les scarabées et aigles stylisés - emblèmes de la marque - sont les totems de cette féminité assurée. Déclinés en couleur pop, ils lancent leur audace à la face du quotidien. Taillés dans des pierres semi-précieuses, ils racontent une autre histoire, celle d’une héroïne qui écrit chaque jour son conte de l’intime. Leurs courbes poétiques dialoguent avec celles, plus abstraites, des chakras et des pendules. Seuls ou ensemble, simples ou multipliés, les bijoux Rita & Zia sont des sculptures d’aujourd’hui qui passeront à la génération de demain. Ils révèlent un tempérament et retiennent le temps. A Genève, rue du Rhône, la boutique Rita & Zia constitue le point de départ vers la quête de soi.

Anouck Mutsaerts,
la radieuse

Honnêteté et spontanéité sont les mots d’ordre d’Anouck Mutsaerts, nouvelle directrice artistique de Rita & Zia.

Fascinée par le bijou, «l’objet le plus intime et le plus personnel qu’on puisse porter», elle désire raconter son histoire à travers la marque et célébrer le bonheur simple d’être une femme. Sans filtre et sans fard. Une quête de vérité que cette Genevoise d’origine hollandaise a entamée il y a plusieurs années, lors de ses études de journalisme à Londres. Son écriture s’est rapidement détournée des mots pour embrasser le langage des vêtements, leur forme et, surtout, leur couleur. Rose, violet, orange, vert, rouge, jaune: autant de teintes reflétant l’optimisme et la douce folie d’Anouck. Elles deviendront sa signature de styliste, cette passion devenue métier. Arrivée à Paris, la jeune femme entre dans le tourbillon de la mode, des shootings de pub et de magazines. Mais sa ville, c’est Genève. Un lieu où, dit cette entrepreneuse, le champ des possibles se conjugue à l’infini.

Anouck Mutsaerts